revenir à la page d'accueil du site



Abel DEBRUE
rue Henri Dunant 182
7000 Mons


né le 12 2 1947

00 32 (0) 479 255 863
00 32 (0) 65 84 30 35

 

 

J'ai donc 66 ans et quelques poussières d'étoiles… Je suis marié, père de deux splendides filles, l'une géniale prof de gym, de psychomotricité et de danse dans le grand Mons, l'autre, brillante vétérinaire émigrée en Californie, où elle s'est installée avec son mari et sa merveilleuse petite Rose, ma petite-fille adorée, après avoir vécu au Québec, puis en Angleterre. Mais ce sont d'autres histoires que je raconterai plus tard. Maintenant, ci-dessous je parle un peu de moi.


Je suis donc né en février 1947. Il neigeait très fort et c'est ce qui explique que l'accoucheuse n'arrivait pas, n'arriverait peut-être pas à temps pour m'aider à exprimer mon cri primal ... Moi, je voulais sortir, et les bonnes soeurs du Pont Canal à Jemappes, qui s'en rendaient compte, promenaient le gros ventre de ma mère devant l'oeil narquois des statues de tous les saints qui surveillaient les couloirs de l'hôpital, en les priant de m'inviter à rester coi aussi longtemps que possible. Tout cela malgré le refus de ma mère, qui, appartenant à une confession protestante, s'opposait à cette promenade rituelle autant que superstitieuse ... mais qui n'y pouvait rien dans l'état de dépendance avancé qui était le sien. C'est sans doute de là que m'est venu le rejet de la bigoterie moyenâgeuse et de tout prosélytisme aveugle, même si je fus, et reste viscéralement, autant qu'intellectuellement, fondamentalement, sans être fondamentaliste, croyant.

Mon père était revenu, en 1946, de sa longue captivité dans les camps d'Allemagne, quelques heures avant de me concevoir. Quelques mois après son retour, édenté, l'estomac démoli, il était atteint de la tuberculose... C'est sans doute pour cela que j'ai très vite aussi compris à quel point la guerre était immonde, surtout pour les gens du peuple, chair à canon entre les mains des marionnettistes au pouvoir... Mon ami Gil Duterme a écrit là dessus un poème merveilleux autant que déchirant...

Ma mère travaillait au charbonnage du Levant à Flénu : elle y nettoyait les bureaux des employés. Tous les jours elle quittait la maison à 4h du matin, revenait à 7h 30, repartait de 11h50 à 13h et de 16h à 22h : normal, cet horaire pour le moins "coupé", puisqu'une servante (à ce moment-là on utilisait encore des termes ... propres et on aurait ri d'une technicienne de surface) ne pouvait croiser le regard d'un employé de bureau du charbonnage. Encore moins celui des directeurs et du gérant, dont elle récurait le carrelage. C'est sans doute pour cela que très tôt j'ai pris conscience de ce qu'était la condition ouvrière et ai milité, dès 1965 à la CGSP dont j'ai été délégué syndical pendant une vingtaine d'années et que j'ai soutenu plusieurs des luttes de l'U.D.P. à Cuesmes.

Mon grand-père, à 65 ans, après une vie de mineur de fond, avait décroché un petit boulot : il ouvrait la porte de la salle des pendus du charbonnage et y montait la garde du matin et soir. Sans lui, nous n'aurions jamais pu continuer des études, ma soeur et moi. Il nous disait que néanmoins les conditions de vie s'étaient améliorées, et ne tarissait pas de louange pour les socialistes, qui avaient rendu aux humbles un espace de dignité... J'allais très vite vérifier, dans leur chef, un éloignement, une prise de distance, par rapport à la dignité et aux préoccupations sociales centrées sur les plus faibles. Je raconte, par ailleurs, l'expérience qui, en 1965, me conduisit à cette conclusion. On ne parlait pas encore, à ce moment-là "d'estompement de la norme"... mais on y était déjà.

Ce sont les instituteurs de l'école communale de Cuesmes - fraîchement construite grâce au (premier, le vrai) plan Marshall qui m'ont appris le français. A la maison, on se parlait dans un langage diapré d'idiomes borains et de Masnuy, d'où provenait ma grand-mère, servante dans une ferme. Puis l'école de l'État à Mons m'accueillit dès 12 ans : école moyenne puis école normale. Instituteur diplômé en juin 1966, j'ai trouvé du travail dès septembre ... et ai continué mes études à l'Université de l'État, tout en travaillant.

Tout cela pour expliquer mon attachement initial et viscéral à l'enseignement communal de Mons (Cuesmes) à qui je dois le fondement du peu de ce que je suis et sais... Par la suite, je suis toujours resté fidèle à l'enseignement officiel, de l'État puis de la Communauté. En des temps reculés, il contribuait encore à la promotion des fils du peuple.

Tout cela aussi pour expliquer mon engagement de toute une vie professionnelle et enthousiaste au sein de cette même Ecole Normale qui m'avait formé, ainsi qu'au sein d'institutions de formation de formateurs de la Communauté Française de Belgique.

J'ai moi-même travaillé dans l'enseignement communal pendant de très longues années, ainsi que ma femme, qui fut institutrice à Cuesmes puis à Mons ville. C'est dire que je connais bien cet enseignement, que je suis particulièrement sensible aux conditions de travail de ses enseignants. J'ai pu me rendre compte à quel point le pouvoir organisateur l'a, tout un temps, délaissé, voire méprisé, recourant à un népotisme, à un clientélisme dégradant et minant sa qualité. Des dizaines d'anecdotes navrantes me reviennent en mémoire…

Ces pratiques anciennes, jamais complètement disparues, toujours prêtes à refleurir dans la vie publique, telles les innombrables têtes de l'Hydre de Lerne… sont combattues sans relâche par les seuls Écolos… autant savoir!

 

En résumé, mon C.V...

 

 

Formation

 

Instituteur Primaire en 1966 (École normale de l’État à Mons)

Psychopédagogue en 1973 (Université de l’État à Mons)
Post-graduat
en informatique et éducation en 1983 ; cours suivis à l'Université de l’État à Mons
Nombreuses
formations complémentaires en relation avec l’informatique pédagogique
(CTA Hornu, IFA
Bruxelles…)

Expérience professionnelle

de 1966 à 1973

Successivement instituteur puis éducateur aux écoles communales de CUESMES-MONS

de 1973 à 1976

Professeur de français, de psychologie et de statistique aux écoles communales secondaires et supérieures non universitaires de CUESMES-MONS (A1),

Conseiller-Psychologue aux C.P.M.S de la Communauté Française à LEUZE puis à THUIN

Conseiller d'orientation au Fond National de Reclassement Social des Handicapés

de 1976 à 1982

Professeur de psychopédagogie et de méthodologie aux Écoles Normales de la Communauté Française à TOURNAI, MONS puis ARLON.

 

Petite parenthèse : c'est à Arlon que j'ai effectué mes deux années de stage précédant la nomination... C'était le lot de tous ceux qui, comme moi, refusaient l'allégeance au parti politique gérant l'enseignement. En y adhérant, on pouvait effectuer son stage dans le Hainaut, sans cela, on s'expatriait... sinon on n'était jamais nommé définitivement !

de 1983 à 2002

Formateur et Infodidacticien au Centre Pédagogique de la Communauté Française à Péruwelz, chargé de la formation initiale et de la formation continuée des enseignants en informatique et en informatique pédagogique  ( instituteurs, professeurs, administrateurs, directeurs d’établissement et inspecteurs, tous niveaux et tous réseaux )

de 1980 à 2005

Formateur et Infodidacticien à l’I.F.A. à BRUXELLES, chargé de l’encadrement pédagogique des formateurs en informatique, de la formation et de l’information des fonctionnaires généraux en relation avec les nouvelles technologies

de 1980 à 1999

Formateur pour l'Union de Villes et Communes et la FOCEF : utilisation pédagogique des technologies de la communication.

de 1989 à 2007

Collaborateur externe aux recherches de l’Unité de Technologie de l’Éducation de l’Université de l’État de MONS.

 

de 2002 à 2003

Maître-Assistant à la Haute École de la Communauté Française de Belgique Mons-Tournai

 

d'octobre 2003 au 31 décembre 2007. (Depuis le 1er janvier 2008, je suis retraité)

Chef de travaux, responsable de la Didactique des T.I.C.E à la Haute École de la Communauté Française de Belgique, Département pédagogique de Mons.

de septembre 2005 à juin 2006

Coordinateur inter-réseaux Form@HETICE

à l'Université de Liège

 

Participation à plusieurs recherches-actions

·        mise au point d’outils méthodologiques d’exploitation de l’ordinateur en classe dans l’enseignement fondamental ;

·        élaboration d’un CDROM contenant l’ensemble des informations géographiques, historiques et touristiques de la Communauté Française ;

·        élaboration d’outils d’évaluation formative en sciences-géographie
(1er
degré du secondaire). 

 

Retraité depuis le 1er janvier 2008. De nombreuses activités occupent mon temps, mon argent et mon esprit : ESoP et Estudiantina-Mons

 

revenir à la page d'accueil du site

 

Mise à jour le 23 février 2013